Et si on faisait comme les bleus ?

@Pauline L'huillier

Champions du moooonde ! 

Bon ça on le savait déjà ! Mais saviez-vous qu’il existe de grandes similitudes entre le management d’une équipe sportive et celui d’une équipe de salariés ?

Les points communs entre sport et business sont plus nombreux qu’imaginés.

Ces derniers jours, il était assez difficile de ne pas entendre parler de football. Du coup, on a saisi l’occasion pour comparer la réussite de l’équipe de France de foot (et pas que) à la réussite d’une entreprise.

Comment les managers peuvent s’inspirer des méthodes des entraîneurs pour manager une équipe ?

Si la Coupe du monde de football et le quotidien de la vie de bureau semblent appartenir à deux univers bien différents, le rôle de manager est, dans le fond, le même. Il s’agit de gérer des humains afin d’en tirer le meilleur pour atteindre un objectif collectif.

En plus d’avoir retrouvé l’amour de ses supporters, l’équipe de France a nettement amélioré ses performances ! Et c’est indéniablement grâce au travail mené depuis six ans par son sélectionneur, Didier Deschamps.

Voici donc quelques conseils de management de grands entraîneurs dont s’inspirent tous les jours les patrons de Pragmatan 

1. Choisir des profils complémentaires et solidaires

Les hommes doivent travailler ensemble pour nourrir une même ambition en pensant collectif avant individuel. Au delà des qualités individuelles, c’est la force collective du groupe qui fait la différence. Chaque personne a son importance.

Un esprit d’équipe que Didier Deschamps a même réussi à cultiver avec les joueurs remplaçants ! Il a réussi à leur faire comprendre qu’ils étaient tous importants, qu’ils avaient tous un rôle pour contribuer à la victoire.

Dans l’entreprise aussi, il y a les “remplaçants”. Ce sont ces salariés qui ne sont pas sur le devant de la scène, qui font “juste” leur boulot, mais qui le font bien. Ce sont souvent les personnes qui sont les plus dures à féliciter, mais il ne faut pas les oublier. D’ailleurs, le parallèle des remplaçants avec le monde de l’entreprise peut aussi être fait avec une équipe projet.

Pour manager une équipe il faut se demander comment associer chaque membre de cette équipe à l’aventure.

2. Développer une stratégie et des valeurs communes

Le job de l’entraîneur, comme celui du manager, est d’apporter un supplément d’âme, de donner une source de motivation, une raison de jouer qui transcendera toutes les autres.

Transmettre les valeurs, la vision du projet collectif et résister à la tentation de donner toutes les solutions sont les éléments essentiels pour manager une équipe, d’après Claude Onesta, l’ancien entraîneur de l’équipe de France de handball, 6 fois championne du monde. 

« Le rôle du manager est de découvrir, d’harmoniser et de coordonner, un peu comme un chef d’orchestre. Chaque instrumentiste est plus compétent que moi, mais sans harmonie, la musique sera détestable ».

3. S’impliquer sans réserve dans le projet

La capacité à s’engager de manière sincère et authentique dans un projet est une compétence primordiale tant pour les joueurs que pour l’entraîneur.

Les salariés et les managers doivent être pro actifs. Force de proposition, motivation ou encore écoute attentive, construisent cet esprit de cohésion. Ces qualités sont nécessaires pour qu’un groupe puisse performer à l’unisson. Cette façon de voir le groupe se répercutera sur les supporters et clients et aidera à créer un émule autour de l’équipe et de l’entreprise.

4. Avoir toujours un scénario de rechange sous le pied

Il y a un temps pour mettre au clair vos objectifs ; un temps pour écouter vos collaborateurs ; un temps pour communiquer et ouvrir le débat ; un temps, enfin, pour décider, seul ou en équipe.

5. Se servir des défaites pour rebondir

L’équipe ne doit jamais percevoir un échec comme une faute.

Si le refrain de la défaite plus formatrice que la victoire est connu, Didier Deschamps estime que tout ne doit pas être jeté après la défaite. « On a tendance à remettre tout en cause dans la défaite, il faut savoir pourquoi c’est arrivé et surtout savoir s’adapter », explique-t-il.